Comme un tableau, le jardin japonais s’apparente à une œuvre d’art. Chacun de ses éléments doit être à sa place pour former un espace digne d’une création artistique. Les lanternes, les pierres, le bassin d’eau, et bien évidemment les végétations doivent être présents dans ce type d’aménagement. Une bonne composition s’impose pour agencer un jardin japonais.

Mettez en avant la nature

Le jardin japonais est souvent dépourvu d’artifices. Il privilégie la nature. Propre à l’art nippon, ce style d’aménagement d’extérieur respecte des règles bien strictes. L’espace vert japonais inspire une ambiance zen. Il mélange le végétal avec le minéral. Pour les Japonais, le jardin est l’un des endroits où l’on peut ressentir un sentiment de quiétude, de sobriété et d’apaisement.

L’asymétrie est mise en valeur dans un jardin japonais. À l’opposé du jardin classique français, celui-ci est généralement dépourvu de lignes droites. Les pans de l’espace vert comprennent des rochers et des arbres. Ces éléments doivent former une parfaite asymétrie pour garantir sérénité et équilibre. Un jardin japonais zen ne comprend pas d’allées marquées de bordures. Il est surtout caractérisé par des roches formant un triangle irrégulier.

Fidèle à l’art nippon, le jardin japonais privilégie les nombres impairs. Ces derniers sont considérés comme étant de bon augure. Ils apportent un esprit positif. La pratique est simple : pas de plantes associées par deux ou par quatre dans l’espace vert japonais, uniquement des nombres impairs : idéalement trois, cinq et sept. Il en va de soi pour les rochers.

Le jardin japonais est connu pour sa sobriété et sa simplicité. Ce style se reflète sur son organisation. Les éléments artificiels comme les ponts, les lanternes et les cascades d’eau doivent être modérés. Il convient mieux de privilégier un principal élément décoratif. Si vous choisissez un pont ou une lanterne, évitez les modèles vernis ou clinquants. Misez plutôt sur des teintes mates ou brutes. Donnez une touche d’élégance à votre jardin en choisissant les bonnes plantes et les meilleurs rochers.

Respectez les espaces et privilégiez les bons décors

Les Japonais aiment la simplicité. Cette qualité se reflète même dans la création de jardin. Celui-ci doit rester le plus simple possible. L’accumulation de plantes et la perception de fouillis ne sont pas les bienvenues dans un jardin japonais. Le potentiel de chaque végétal doit se révéler à travers l’organisation de l’espace vert. L’espacement est indispensable dans la composition d’un jardin japonais.

Ce côté minimaliste ne veut pas pour autant dire que le jardin japonais doit être dépourvu de décors ou de mobilier. Si vous souhaitez installer des meubles dans votre espace vert, limitez leur nombre et privilégiez les matières naturelles. Même durables, les rochers en résine sont à bannir de la liste. Selon les Japonais, toute œuvre est vouée à disparaître.

Pour la décoration, focalisez-vous sur un seul et unique trait. Selon l’élément à mettre en valeur (l’eau, le rocher…), adoptez un décor bien soigné tout en restant sobre dans votre composition. Évitez de multiplier les styles décoratifs. Vous pouvez entourer l’espace vert par une clôture en matière brute ou des haies de bambou.

Les allées piétonnes, quant à elles, doivent être déposées de manière irrégulière sur un lit de gravillons. L’eau est indispensable dans un jardin japonais. Associée au bouddhisme, elle symbolise la vitalité et la pureté. Si vous n’êtes pas trop flatté par un bassin de jardin, optez pour une fontaine. Pour les plantes de jardin, il faut les sélectionner avec justesse. Certains végétaux ne sont pas du tout adaptés au jardin japonais.

Choisissez les bonnes plantes pour votre jardin japonais

Les végétaux à feuillage persistant ont tous leur place dans un jardin japonais. Pour les arbres, le choix est très vaste. L’érable du Japon est une meilleure option. De type caduc, il se décline en plusieurs variétés. En automne, son feuillage vire de l’orangé au rouge. Le cerisier du Japon est aussi un bon choix. Toujours à ornement caduc, ce végétal est connu pour ses magnifiques floraisons printanières. Il requiert pourtant un emplacement ensoleillé. En outre, il y a le cèdre du Japon. Considéré comme l’arbre national du pays, ce dernier est présent dans la cour de plusieurs temples japonais. Disponible en version bonsaï, le cyprès du Japon pousse uniquement sur des terres humides. En dernière option, il y a le pin à cinq aiguilles. Cet arbre a une croissance lente. Facile à tailler, idéalement en paliers, il a une allure élégante. Pour les arbustes, on note principalement le saule crevette du Japon, l’azalée et le camélia du Japon. Cette dernière fleurit en saison hivernale. Ses feuillages persistants et brillants sont idéals en buisson. Le camélia fait bon ménage avec l’azalée.

Pour les plantes, les bambous conviennent très bien à un jardin japonais. Se déclinant en une infinité de variétés, ils habillent à merveille les bordures, les chemins et les massifs de l’espace vert. Leur feuillage haut et souple crée un univers naturel authentique. Attention quand même aux racines traçantes des bambous. Pendant la plantation, faites-vous conseillé par un professionnel en aménagement de jardin japonais.

Les symboles, les végétations, les minéraux et les chemins

Les jardins zen sont réputés pour leur apparence qui imite les vrais paysages en miniature. Chaque élément de l’aménagement a sa propre signification. Aucun trait n’est composé au hasard. Les rochers reflètent des îles torturées issues de nulle part. Le sable rappelle la mer. Les éléments de l’espace vert se relient entre eux en harmonie.

L’organisation d’un jardin japonais s’inspire de l’art topiaire. Les végétations sont taillées avec soin pour créer des dessins épurés. Les conifères sont souvent sculptés en nuages et les arbustes en format arrondi. Un espace vert bien sec est orné d’une vaste surface minéralisée. Celle-ci comporte des graviers, des rochers et du sable. Les galets gris évoquent souvent une rivière sèche. Le jardin japonais attise le jeu de l’imagination. Les végétations à feuillage persistant mettent en valeur le charme de ce type d’aménagement. Pour les chemins de jardin, quelques dalles habillées de sol gravillonné suffisent pour décorer les bordures de l’espace vert. Ces voies invitent à la promenade et à la contemplation de la nature.

Jouez sur la perception

Le jeu de perception est un trait singulier du jardin japonais. On joue avec les distances pour bluffer avec l’apparence de l’espace vert. Avec une bonne conception et une bonne organisation, une surface restreinte peut paraître plus grande. Pour cela, rien de plus simple que de créer plusieurs points de vue. L’idée est de permettre au visiteur de contempler différentes scènes au long de son parcours. Pour prétendre à un tel résultat, il faut définir plusieurs plans. Le premier doit être minéralisé ou dégagé. Le regard ne doit pas se figer sur une seule chose. Le second plan constitue la principale fondation du jardin. Les détails fondamentaux sont établis de manière stratégique avec des plantes et des rochers. Ces éléments doivent être très visibles. Ils nécessitent donc un meilleur emplacement. Le troisième plan est la clôture (bosquets, haies, arbustes…). Il délimite le jardin. Le dernier plan, aussi appelé paysage emprunté, est le décor environnant (végétations denses, montagnes…). Constituant un bloc à part entière du jardin, il doit être joli à voir. Pour garder l’espace vert net et propre, il convient de l’entretenir régulièrement. Les allées de graviers doivent être grattées uniformément.