La croissance des végétaux requiert la combinaison de plusieurs éléments, dont la lumière. Elle contribue à leur développement, et donc à un meilleur rendement de culture. Ce principe, valable pour l’agriculture, le devient aussi pour une plantation intérieure. Un papier réfléchissant, le papier mylar par exemple, grâce à ses caractéristiques, offre un bon niveau d’éclairage. Mais outre ce modèle, il en existe plusieurs autres. Lequel acheter ? Quels critères considérer ? Les réponses à ces interrogations constituent l’ossature de cet article.

Pourquoi acheter un film réfléchissant ?

L’environnement, les nutriments, la température, l’air… ces éléments interagissent dans le développement d’une plante, qu’elle soit dans une pièce ou à l’extérieur. Outre ces conditions, il importe aussi qu’elle dispose d’une bonne quantité de lumière. La lumière favorise son épanouissement. Voilà pourquoi vous devriez prévoir un système d’éclairage décent pour votre culture intérieure. Certes, on peut se servir d’une méthode classique : installer une lampe au plafond. Mais cela ne garantit pas toujours la croissance des végétaux. Ce mode ne répond pas à leurs besoins en luminosité. Par conséquent, il est préférable de choisir une bâche blanche ou mylar. De bonne qualité, performant et mieux adapté, cet accessoire garantit environ 95 % de lumière à vos plantes. Ce qui contribue à l’augmentation de leur poids, à une forte croissance et à un meilleur rendement. Généralement, on retrouve ce type d’équipement auprès des sites spécialisés dans la vente de matériaux de culture. Toutefois, il ne suffit pas d’un bon éclairage pour escompter un développement harmonieux des végétaux. Il faut également créer de bonnes conditions environnementales : installer correctement le matériel et réaliser des travaux d’entretien.

Quel est le meilleur papier réfléchissant ?

Les marques proposent une diversité de matériaux réfléchissants à installer pour une culture intérieure. Beaucoup optent pour le plastique réfléchissant blanc et noir. Il présente un double bénéfice. Commercialisé à bas prix, il dispose d’une large épaisseur et s’harmonise avec plusieurs revêtements plastiques. Par ailleurs, son installation se réalise facilement, même pour un amateur. Il suffit de l’accrocher au mur grâce à des agrafes. Cependant, le plastique réfléchissant noir et blanc offre un faible rendement en termes de luminosité. Vous pourriez aussi opter pour une feuille de plastique blanche. Même si elle propose une meilleure réflexion de la lumière, qui oscille entre 80 et 90 %, elle peut rapidement fondre. En plus de fondre, cet accessoire déteint sur les murs, surtout lorsque la température de l’espace de culture augmente. À l’inverse, le mylar, matériau conçu en polyester et vendu ou rouleau ou au mètre, affiche une meilleure résistance et garantit une plus forte réflexion (95 %, voire 97 %) du flux lumineux des ampoules. Installé dans une aire de culture intérieure, il renvoie toute la lumière vers les végétaux, ce qui facilite le phénomène d’assimilation.

Comment optimiser au mieux l’éclairage de sa culture ?

Outre le choix de la matière d’éclairage, créez un environnement idéal pour vos végétaux. Optez pour un mylar papier de bonne qualité. En plus de contribuer au bon niveau de luminosité, il empêche l’apparition des fissures sur le mur. À propos de la plateforme d’accueil du papier réfléchissant, elle doit être plate et présenter peu ou pas de courbes. Évitez aussi les plis lors de l’installation de votre mylare. Pendant la réflexion de la lumière, ils pourraient créer des zones chaudes, lesquelles endommageront vos végétaux au fil du temps. Dernière recommandation : entretenez votre revêtement pour culture intérieure. Elle risque de se salir avec le temps, ce qui diminuera la quantité et l’efficacité de la lumière réfléchie.